Trump évoque une arme nucléaire « que personne d’autre n’a » dans un livre

Trump évoque une arme nucléaire « que personne d’autre n’a » dans un livre

Alors qu’il ne sera en vente que mardi prochain, le prochain livre du journaliste Bob Woodward fait déjà beaucoup parler. Des extraits de Rage ont filtré dans la presse. L’occasion d’avoir un aperçu des confessions de Donald Trump, qui a effectué 18 interviews avec le journaliste pour ce livre. Le président américain y évoque notamment une nouvelle arme « que personne d’autre n’a » et dont ni le président russe Vladimir Poutine ni le président chinois Xi Jinping n’ont connaissance.

« J’ai construit un (système) nuclé? une arme, j’ai construit un système d’armement, des systèmes d’armement, que personne d’autre n’a jamais eu dans ce pays », déclare le président américain, semblant se reprendre, selon ces extraits datés du 5 décembre 2019. « On a des choses que vous n’avez jamais vues, dont vous n’avez jamais entendu parler », ajoute Donald Trump. « On a des choses dont Poutine et Xi n’ont jamais entendu parler. Personne. Ce que nous avons, c’est incroyable. »

Une « nouvelle arme secrète »

Bob Woodward, rendu célèbre pour avoir révélé, avec Carl Bernstein, le scandale du Watergate dans les années 1970, indique dans son livre que des sources non identifiées ont confirmé que l’armée américaine avait une « nouvelle arme secrète ». Mais elles ne lui ont pas précisé de quel genre d’arme il s’agissait et se sont déclarées surprises que Donald Trump en ait parlé. Les experts ont disséqué ces quelques phrases pour tenter de deviner de quelle arme Donald Trump parlait. Le président américain s’est-il corrigé parce que l’arme n’est en fait pas nucléaire, ou justement parce qu’elle l’est et qu’il s’est rendu compte qu’il parlait trop ?

Hans Kristensen, de la Federation of American Scientists, a estimé sur Twitter qu’il « s’agissait en fait de la tête nucléaire de faible puissance W76-2 qui était alors développée et qui a été depuis déployée ». Le Pentagone a annoncé le 4 février avoir déployé pour la première fois cette arme nucléaire qui a une charge explosive estimée à 5 kilotonnes (trois fois moins que la bombe d’Hiroshima) à bord du sous-marin USS Tennessee, qui patrouillait dans l’Atlantique.

Mais pour Jeffrey Lewis, du Middlebury Institute, il s’agit du nouveau missile hypersonique que les États-Unis sont en train de développer. « La façon de parler de Trump en décembre 2019 ressemble à ses vantardises de mars 2020 à propos du missile ?super extra? qui s’est avéré être l’hypersonique », a-t-il tweeté. Questionné sur Fox News, le conseiller à la Sécurité nationale de la Maison-Blanche, Robert O’Brien, a assuré que le président américain ne parlait pas d’une arme en particulier. « Nous sommes toujours à la pointe de la technologie et nous avons toujours quelque chose dont nos adversaires ne sont pas au courant », a-t-il dit. Un porte-parole du Pentagone, le lieutenant-colonel Robert Carver, s’est abstenu de tout commentaire « sur un livre qui n’a pas encore été publié ».

« Je n’ai pas menti »

Donald Trump a également tenté vendredi, avec difficulté, de clore la polémique née de cette série d’entretiens. « Pourquoi avez-vous menti aux Américains ? » : la première question adressée au président américain sur les raisons pour lesquelles il a, de son propre aveu, minimisé la menace du Covid-19, a donné le ton. « Je n’ai pas menti ! [?] La façon dont vous avez posé cette question est une honte », a répondu le dirigeant de la première puissance mondiale. « Je fais preuve de force en tant que dirigeant », a-t-il poursuivi, très remonté. « Il n’y a pas de mensonge [?]. Je ne veux pas sauter dans tous les sens et commencer à crier : mort ! mort ! »

« Bob Woodward avait mes déclarations depuis plusieurs mois », a-t-il souligné dans un tweet, reprenant à son compte les critiques qui visent le célèbre journaliste, figure de Washington. « S’il pensait qu’elles étaient graves ou dangereuses, pourquoi ne les a-t-il pas publiées immédiatement afin d’essayer de sauver des vies ? », a-t-il poursuivi. La polémique pourrait se poursuivre mardi, jour de parution de ce livre explosif.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *