»Terrorisme foncier et financier à la mairie de Ouakam »: les conseillers municipaux  réclament la justice et la transparence

 »Terrorisme foncier et financier à la mairie de Ouakam »: les conseillers municipaux réclament la justice et la transparence


C’est la guéguerre entre le maire Ouakam ,ses adjoints et les conseillers municipaux. La première adjointe maire  Ndèye Fatou Niang  et cies dénoncent les  irrégularités notés dans la gestion des biens collectifs de leur localité par premier magistrat de la ville  Samba bathily ,à savoir ,le titre foncier ,l’autorisation de signer  un contrat de construction en exécution avec des promoteurs du poste de santé à la cité avion , (son immatriculation sa nature juridique) ,la fixation de l’ordre du jour des réunion ,le refus du bilan de Covid et les kits donnés par l’État aux populations. Ils étaient en conférence de presse ,ce dimanche. Selon Seydou Diagne président de la commission sociale et porte parole du jour  , invoquant l’article 14 des codes des collectivités locales qui dispose que l’organe exécutif  ne peut signer un contrat que sur l’autorisation du conseil municipal, soutient une violation de la loi par le par Maire . »il a signé le contrat avant de le soumettre aux conseils municipaux  »,défend t-il ;avant d’ajouter  »Il a commencé ses travaux sans l’avis des conseillers bien vrai que nous sommes pour la construction de la structure, c’est  la violation de l’article 227 ce délibération n’est pas une demande d’autorisation plutôt d’aviser », amplifie t-il.
 En sus de ces motifs, ces conseillers et adjoints notent aussi des précédents dont  un marché qui devrait être construit  sous le magistère dolnier et qui aujourd’hui a disparu sans suite .
Réellement ,si l’on en croit à ces conseillers ,ces revendications leurs ont valu des agressions lors de leur dernière séance à l’hôtel de ville mercredi 11 novembre  par des nervis commandités d’après eux par le maire  et certains de leurs pairs.

A l’origine  de ces agression , le porte parole , la proposition de leur part d’un vote secret. Ce que leur rival a catégoriquement refusé avant de revoir les textes pour ensuite revenir sur  sa décision .
En effet ,ces conseillers municipaux pointent du doigt le maire et l’adjoint au sous préfet qui une plainte a été déposée a leur endroit , d’être à l’origine de ses violences,et avouent que ceux ci  n’ont rien  voulu faire pour éviter le désordre .Par conséquent ,ils invitent le sous préfet à  prendre ses responsabilités afin de régler la situation.
Malgré les  »menaces » reçus,  à peu près  les vingt conseillers  doivent  Defférré  à des convocations dès ce lundi suite à la plainte du dudit maire Samba Bathily Diallo.
Afin de se démarquer de la mauvaise gestion mais surtout de défendre l’intérêt de toutes les populations,ils promettent de poursuivre l’affaire sans relâche.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *