Prévention et lutte contre corruption : ‘Le Sénégal a un problème d’application de textes ‘

Prévention et lutte contre corruption : ‘Le Sénégal a un problème d’application de textes ‘

Malgré, sa conformité du point de vue de la répression sur des infractions , dont l’enrichissement illicite ,le recèle ,le détournement de deniers publics entre autres , le Sénégal traîne toujours les pas à se conformer à la Convention Africaine. selon de rapport de l’étude de mise en oeuvre de la Convention Africaine de Lutte Contre la Corruption, commandité par le Forum civil et la Coopération Allemande (GIZ ) il ya des inconformités constatés que sont l’absence d’une loi sur l’accès à l’information , mais également une autre sur le financement des partis politiques .
il est ressortie de ce rapport, certaines dispositions qui sont transposées au Sénégal ,toutefois presente des faiblesses.Cest le cas de  la loi sur la déclaration de patrimoine .
selon  le forum civil, le Sénégal a un problème  d’application de textes,nonobstant des organes publiques en matière de lutte contre la corruption,comme l’OfNac,la CREI…
 »il ya une panoplie de textes qui puissent en financement publique en matière de lutte contre la corruption »,constate Birahim Seck  .Le forum civil dans son rôle  de lutte contre la corruption se dit prêt pour accompagner et appuyer l’Etat dans sa politique de bonne gouvernance .Cependant ,d’après Seck, cela constitut une tâche pas du tout facile  mais pour ce faire il faut que la société civile et les médias continuent de travailler .
En effet,il est nécessaire que la société civile satèle au plaidoyer ,au renforcement de capacités entre autres.Et aussi que les medias de leur part procèdent à des investigations du contrôle de l’action publique . 
L’atelier de restitution tenu ce jeudi 26 Novembre 2020 a vu une forte présence de dames venant de diverses organisations.  »Leur implication est juste motivée, par leur engagement et détermination afin que l’état puisse aller dans le sens d’adopter un certains  nombres de textes pour se conformer de façon effective à la convention de l’Union africaine de prévention et de lutte contre la corruption »,justifie Birahim.
L’éléboration de ce rapport est une occasion pour le forum civil de  »revisiter les contenus de la convention  de l’Union Africaine par rapport à son application au Sénégal dans  ses aspects qui sont relatifs à la  prévention ,la répression , coopération, la prise en charge des médias dans la convention.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *