MAMADOU GASSAMA : « MON RÊVE MAINTENANT EST D’ÊTRE LE PREMIER PRÉSIDENT NOIR DE LA FRANCE »

MAMADOU GASSAMA : « MON RÊVE MAINTENANT EST D’ÊTRE LE PREMIER PRÉSIDENT NOIR DE LA FRANCE »

« Mon rêve maintenant est d’être le premier président noir de la France », a déclaré Mamadou Gassama dans des propos rapportés par Saphiir Web Télévision.

Mamadou Gassama, jeune migrant malien de 22 ans, est devenu un héros en France, voire mondial le 26 mai 2018. Ce jour-là, le jeune malien qui avait quitté son pays pour rejoindre l’Europe en passant par le désert et la mer,  avait  réussi un véritable exploit en escaladant à mains nues la façade d’un immeuble du 18 ème arrondissement de Paris dans le quartier Marx Dormoy pour sauver in extremis la vie d’un enfant suspendu dans le vide et s’aggripant à l’extérieur d’un balcon du quatrième étage.
Dès cet instant, son ascension devient fulgurante. Les vidéos de son geste spectaculaire font très rapidement le tour du monde.

Celui qu’on surnomme spontanément « Spiderman africain » est contraint de quitter son foyer à Montreuil, loin de la médiatisation, pour un hôtel dans la même ville du département de Seine-Saint-Denis, réputée pour être la seconde ville du Mali après Bamako.

Deux jours plus tard, Mamadou Gassama  est reçu à l’Elysée par le président Emmanuel Macron en personne qui lui promet la nationalité française. Une rencontre au cours de laquelle, le chef de l’Etat français  officialise son entrée à la Brigade des Sapeurs-Pompiers de Paris (BSPP) et prend un décret pour sa naturalisation. « Je ne le réalise pas encore. Tout s’est vite passé. Je suis très content de tout ce qui m’arrive… Je peux dire maintenant que ma vie a changé », se réjouissait Gassama.

L’une des nouvelles missions professionnelles de Mamadou Gassama devient  désormais de sauver de nombreuses vies humaines. Son intégration, début décembre 2018, au sein de la prestigieuse BSPP, lui a donné l’opportunité de se remémorer son acte de bravoure correspondant parfaitement à la devise de la brigade : « Sauver ou périr ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *