La Russie mène des exercices militaires très près des côtes américaines

La Russie mène des exercices militaires très près des côtes américaines

Une cinquantaine de navires et plus de 40 avions russes ont participé à un exercice militaire majeur près des côtes de l’Alaska. La Russie veut affirmer sa présence en Arctique, alors qu’elle convoite les richesses naturelles de cette région du globe.

La Russie a fait une démonstration de force aux portes des États-Unis. En fin de semaine dernière, la marine russe a conduit des exercices militaires de grande ampleur dans la mer de Béring, près des côtes de l’Alaska. La flotte, dirigée par l’amiral Nikolai Yevmenov, est tout de même restée dans les eaux internationales afin d’éviter le risque d’une confrontation avec les troupes américaines.

Pour démontrer son savoir technologique et militaire, la Russie a envoyé plus de 50 navires de guerres ainsi qu’une quarantaine d’avions pour patrouiller dans les eaux glaciales de l’océan Arctique. “Nous menons des exercices militaires dans cette région pour montrer que nous sommes capables d’assurer la protection de nos ressources en Arctique”, a déclaré l’amiral russe Nikolai Yevmenov pour justifier cette démonstration de force. Le président Vladimir Poutine a lui-même estimé que cette région du globe cachait en son sein des richesses d’une valeur de plusieurs milliers de milliards de dollars. Une partie du territoire de l’Arctique est d’ailleurs revendiqué par la Russie.

>> À lire aussi – Découvrez le nouvel hélicoptère des forces spéciales russes

Déploiement d’un sous-marin nucléaire

Au sein de la flotte russe, les militaires américains ont détecté la présence du sous-marin nucléaire Omsk. Construit à l’époque soviétique, ce submersible fait partie de la classe Oscar-II. Il a été spécialement conçu pour parcourir des milliers de kilomètres sous la glace grâce à ses deux réacteurs nucléaires. Ce navire de guerre est capable d’atteindre des profondeurs comprises entre 400 et 500 mètres. D’une longueur de 154 mètres pour 18 mètres de largeur, ce sous-marin peut emporter à son bord 24 missiles de croisière P-700 Granit. Il s’agit d’armes spécialisées dans la destruction de navires, capables de parcourir 200 à 650 kilomètres à une vitesse de 1.850 kilomètres par heure avant d’atteindre leurs cibles.

De son côté, l’armée américaine a surveillé minutieusement les déplacements de la flotte russe pendant toute la durée de l’exercice. Selon le site Military Times, elle a aussi déployé des avions furtifs F-22 pour intercepter des avions de surveillances russes qui s’approchaient trop près des côtes de l’Alaska.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *