Birahim Seck à Macky Sall:’le problème qu’il faut régler est est celui de la disponibilité de la ressource halieutique’

Birahim Seck à Macky Sall:’le problème qu’il faut régler est est celui de la disponibilité de la ressource halieutique’


Le coordonnateur national du forum civil Birahim Seck  croit bien que le chef de l’Etat , n’avait pas les bonnes informations sur les causes profondes du mal vivre des pêcheurs et du d’espoir mortels  des jeunes ,après lecture du communiqué du conseil des ministres de ce mercredi .Sauf que ,pour lui ,cela ne relève d’un refus de voir la funeste réalité que vivent les peuples des eaux .Ainsi il estime que la résolution de la disponibilité de la ressource halieutique serait la meilleure et préconise la maîtrise  de stocks avant de telles signature.
 »Monsieur le président de la République le problème au fait résoudre est celui de la disponibilité de la ressource halieutique.les pêcheurs n’arrivent plus du poisson a cause de la  mauvaise ou l’absence de gestion de la ressource qui s’illustre par la paupérisation de la recherche et le pillage systèmatique et inégale connu par tous » ,dit il dans une note .contrairement que ce qui est proposé dans le  même communiqué , Birahim Seck estime les  propositions établies ne pourront  pas empêcher les industriels de piller les ressources du pays , mais pour essayer de dissuader les voyageurs des pirogues.
 »Le Président de la République aura beau sensibiliser sur la sécurité en mer ,mettre en place un dispositif de surveillance et de contrôle maritime ,non pour empêcher les industriels de piller nos ressources mais pour essayer de dissuader les voyageurs de pirogues »,adjure t-il .
Et d’ajouter que  »le gouvernement aura beau aussi à construire des quais de pêche amener des aires de transformation moderne des complexes frigoriques,de stockage des produits de pêches doter des gilets de sauvetage des moteurs hors-bord  des camions frigorifiques ,des moyens de géolocalisation des pirogues de la pêche artisanale et remplacer les pirogues en bois par des pirogues en fibres,les pêcheurs en mal de matières premières continueront à souffrir le martyr de la mauvaise gestion de nos ressources halieutiques et notre pays de faire le deuil des victimes de l’émigration clandestines causé par le manque d’emploi ».Le Sénégal se doit d’une réelle transparente et durable de préservation de ses ressources halieutiques avec la recherche comme moteur pour apprécier à temps réel la disponibilité de la ressource ,propose le coordonnateur.
A l’en croire le Sénégal a besoin de maîtriser son stock avant de songer à attribuer des licences dans une pêcherie ou de signer des accords avec des pays où des armateurs. »Il faut aussi une réelle stratégie de protection de la pêche artisanale qui ne cesse de subir les agression de la pêche industrielle.il faut de Équité marine et maritime pour rassurer les pêcheurs et espèrer un reflux des vagues de l’émigration irrégulière des pêcheurs de Mbour ,kayar saint Louis ou de Thiaroye ,en particulier et des jeunes en général car il est démontré que les capitaines de ces pirogues sont des pêcheurs »,pense Birahim.Dans sa logique d’apporter son soutien , il s’interroge en l’absence de poisson qu’elles seraient l’utilité et la pertinence des quais de pêche,des camions frigorifiques entre autres.
De conclure il défend que la transparence et la transparence de la pêches demeurent les préalables majeures pour garantir des revenus durables au secteur de pêche,a l’Etat aux acteurs et aux citoyens.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *