Aux États-Unis, Kimberly Guilfoyle, la voix des trumpistes

Aux États-Unis, Kimberly Guilfoyle, la voix des trumpistes

Le président des États-Unis a trouvé en sa belle-fille un fervent soutien, même si sa fougue exagérée attise les moqueries.

Si la ferveur envers Trump se mesurait avec un sonomètre, Kimberly Guilfoyle, compagne de Donald Junior, en sortirait grande gagnante.

Discours enflammé

La conseillère de campagne et belle-fille du Président s’est fait remarquer dans un discours (trop) enflammé, lors de la première journée de la convention républicaine. Son ardeur excessive et ses cris stridents ont nourri les railleries, envers celle que le Washington Post surnommait déjà en 2018, la  pom-pom girl conservatrice  de Trump.

Mais aux pompons, elle préfère agiter la peur. L’ancienne procureure de 51 ans prévient : si Joe Biden accède au pouvoir les mêmes politiques socialistes qui ont détruit le Venezuela et Cuba déferleront. Elle en tient pour preuve sa Californie natale, pleine d’héroïnomanes dans les parcs et d’émeutes dans les rues »,dirigée par le gouverneur démocrate et ancien maire de San Francisco, Gavin Newsom… qui n’est autre que son ex-mari !

Ambitieuse

Après quatre années de mariage, elle le quitte en 2005 pour commencer une carrière télévisée à New York, où elle participe à plusieurs émissions en tant qu’analyste juridique.

Kimberly Guilfoyle abandonne les plateaux de la chaîne ultra-conservatrice Fox News, en juillet 2018, pour devenir vice-présidente d’un comité de soutien à Donald Trump. Ambitieuse, cette fille d’un ouvrier du bâtiment irlandais et d’une enseignante portoricaine n’a d’yeux que pour le « rêve américain ». Un parcours hors-norme qui pourrait étonner si, comme l’analyse le Washington Post, il n’était pas à l’image de l’ère Trump, où  l’idéologie passe après la notoriété ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *