Arctique : la Norvège veut pomper du pétrole dans une zone préservée

Arctique : la Norvège veut pomper du pétrole dans une zone préservée

C’est un double problème, environnemental et diplomatique, auquel la Norvège devrait faire face, si elle s’empare de zones situées dans la mer de Barents pour y implanter des forages pétroliers, rapporte le journal britannique The Guardian. En effet, la Norvège vient de conclure, mercredi 26 août, une consultation publique pour l’ouverture de neuf champs pétrolifères, situés au-delà du cercle arctique. Les concessions doivent être demandées avant début 2021 et leur octroi se fera peu de temps après.

Plusieurs experts soulèvent que les conditions extrêmes de l’Arctique ne permettent pas d’extraire du pétrole en toute sécurité. De plus, plusieurs associations comme le WWF ou Greenpeace ont rappelé au gouvernement dans une lettre envoyée lundi que l’Institut polaire norvégien et l’Institut de recherche marine ont tous les deux déconseillé l’exploitation d’hydrocarbures dans cette région.

Des tensions avec la Russie ?

« Étant donné que nous n’avons pas encore la technologie pour nettoyer les déversements dans un environnement arctique, cela n’a vraiment aucun sens de continuer avec l’extraction en mer là-bas », estime Ilan Kelman, professeur spécialiste des catastrophes et des risques, à l’University college de Londres et l’Université Agder en Norvège. « En Norvège, nous avons une longue expérience avec une activité pétrolière solide et sûre dans la mer de Barents. Nous avons les règles de santé et de sécurité les plus strictes au monde », déclare au Guardian, Erlend Jordal, un conseiller du ministère norvégien du pétrole et de l’énergie.

Lire aussi En Méditerranée, la bataille du gaz est lancée

Côté diplomatie, c’est la Russie qui pourrait grincer des dents, avec ces gisements norvégiens. Selon le quotidien, elle a étendu sa présence militaire dans un archipel voisin aux futurs forages. L’intervention de la Norvège dans un territoire jusque-là vierge pourrait être prise par Moscou comme une provocation, estime Helge Ryggvik, spécialiste de l’industrie pétrolière et chercheur à l’Université d’Oslo.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *